Séminaire confiance numériques (Damien Vergnaud, LIENS)

Primitives et constructions cryptographiques pour la confiance numérique.

Les preuves à divulgation nulle de connaissance permettent à un utilisateur de prouver qu'un énoncé mathématique est vrai sans toutefois révéler d'autre information que la véracité de l'énoncé. Ces preuves paradoxales ont permis de développer un grand nombre d'applications en cryptographie mais qui sont rarement utilisées en pratique, car les constructions obtenues sont le plus souvent inefficaces.

Une ligne récente de travaux, initiée par Groth, Ostrovsky et Sahai, a permis de réaliser des systèmes de preuve non-interactive beaucoup plus performants pour certains types d'énoncés. Une autre approche repose sur l'utilisation de systèmes de preuve SPHF (de l'anglais Smooth Projective Hash Functions) introduits par Cramer et Shoup.

Cet exposé (en grande partie introductif) donnera un aperçu de la construction de ces preuves et discutera ensuite certaines applications développées récemment.

 

Site web : confiance-numerique.clermont-universite.fr

459 vues
Vendredi 04 Avril 2014
Tag(s) : confiance numerique, sécurité informatique
Partager : Facebook
Intégrer :
Vidéos suggérées